GP DE VENDENHEIM TROUTAUD 4°

Il fallait surveiller Ponzio

L’an passé, Damien Mougel, encore licencié à l’AC Bisontine, les avait privés du gain de la 30 e édition. Vendredi soir, c’est Florian Ponzio, un coureur de 21 ans et demi venu d’Eure-et-Loir, qui a passé victorieusement la ligne d’arrivée.

En notre article de présentation (DNA du 10 juin), les régionaux étaient pourtant prévenus, puisque nous leur avions conseillé de garder un œil sur Ponzio. Non seulement celui-ci revint seul sur les quatre échappés, mais il les déposa à l’entame du dernier tour.

Et dire que ce futur ingénieur en chimie, étudiant à Strasbourg, n’avait plus gagné de course depuis son passage en la catégorie des juniors…

Le Challenge pour Barth

Un des verdicts de la soirée était connu d’entrée (ou presque) : bien que leader, Antoine Simon n’allait pas remporter le Challenge Christian Amann. Il passait en effet le brevet d’état, ce même jour, à Besançon.

Absent de la dernière course, il disparaît même du classement général, malgré ses 24 points.

Un autre coureur de Schwenheim tenta de le suppléer activement. Julien Ehlinger cavala une dizaine de tours seul à l’avant, avant d’être repris lors de la 19 e boucle. Offensif parfois à l’excès, Ferrero s’impatientait de tenter sa chance.

Parvenu jusque-là à freiner son tempérament, le marin breton de la Pédale d’Alsace fila à la mi-course. On commença à se méfier de lui, si bien que les Thannois unirent leurs efforts pour mettre un des leurs, Nicolas Marchand (marqué par Kney, coéquipier de Ferrero), sur orbite au 33 e tour.

Un regroupement général intervint au 35 e des 55 tours.

Il fallut patienter jusqu’au 48 e passage pour que la situation se décante. Brodbeck posa les jalons de la bonne échappée, obtenant les renforts de Wackenheim, Troutaud et Geyer. Le peloton était battu, excepté Ponzio, qui parvint à sortir seul au 50 e tour et à se joindre aux fugitifs.

Grasser et Barth bougeront deux tours trop tard, d’autant plus qu’à l’avant, Florian Ponzio anticipait en démarrant à 1,350 km de l’arrivée et en résistant aux poursuivants réglés par Brodbeck.

En se classant 8 e, Olivier Barth s’imposait au 2 e Challenge Christian Amann, mis en compétition sur les critériums de Mundolsheim, Reichstett et Vendenheim.

Le fils du speaker Daniel Barth résiste ainsi à la remontée d’un autre citoyen de Reichstett, Julien Troutaud. Pour sa fidélité exemplaire (présence aux 31 éditions de cette course), Daniel Tomasi bénéficiait également d’un bouquet.

 

Article paru dans les Dna du 12 juin.

 

Quant au reste de l'équipe Bernhard est 19°, Caup 24° et Ferrero 27°.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×